Return to site

Jour 0 - Jokosun : l'électrification subsaharienne, ce formidable défi

· Visions

620 millions.

8,33% de la population mondiale.

60,65% de la population subsaharienne.

(…)

D’emblée, les chiffres africains sur le manque d’accès à l’électricité, véritable fée de l’époque moderne, frappent. Pourtant, il est fondamental de comprendre, de dresser un état des lieux, aussi critique soit-il, pour mesurer le chemin à parcourir (…) et ainsi saisir l’ambition nécessaire à la concrétisation de notre vision, éminemment sociale et positive pour l’Afrique, dans toute sa diversité. Alors poursuivons.

Pour en revenir à l’Afrique subsaharienne, elle constitue la seule région du monde où le nombre absolu de personnes sans accès à l’électricité devrait augmenter dans les prochaines années si des solutions innovantes et adaptées ne sont pas déployées rapidement.

En Afrique de l’Ouest, les pays membres de la CEDEAO arrivent à un taux moyen d’électrification inférieur à 40%, qui masque de grandes disparités entre pays, comme mis en évidence dans le tableau ci-dessous avec les Etats francophones de la zone :

électrification cedeao

Mais l’important n’est peut-être pas tout à fait là. Si l’on observe une courbe de tendance de l’électrification entre 1990 et 2016, on verra que tous ces pays ont connu de considérables améliorations. Bien qu’il faille se réjouir de tels progrès, il ne faut pas se contenter de ces chiffres bruts mais bien observer leurs causes réelles, afin de comprendre quels problèmes persistants ils peuvent dissimuler. Si plus de personnes ont aujourd’hui accès à l’électricité en Afrique de l’Ouest qu’il y a 30 ans, c’est certes en partie grâce à des extensions du réseau, mais également et surtout parce que l’exode rural a mené à une très forte concentration des populations sur des zones urbaines déjà desservies (avec plus ou moins de succès) par le réseau électrique. Les inégalités intra-nation, c’est-à-dire ici entre villes et campagnes, sont donc clairement à prendre en compte.

En témoigne le cas sénégalais, où fin 2015 environ 31.5% de la population rurale n’avait pas accès à l’électricité (contre une moyenne nationale de 64.5%). Allons plus loin : fin 2015, les départements de Kolda, Tamba, Bakel, Louga et Matam ne dépassaient pas les 5% de taux d’électrification.

Objectivement, avec ses 13.88% de la population mondiale pour seulement 1.99% de part dans le PIB global (2016), l’Afrique Subsaharienne n’occupe pas la place qu’elle devrait sur l’échiquier économique planétaire. Le manque d’accès à l’énergie, socle fondamental à toute activité économique moderne, semble être l’une des sources profondes de cette inéquation. Mais alors :

Sur le continent le plus jeune du monde, jusqu’où ira toute cette jeunesse, une fois qu’elle bénéficiera d’un accès constant, sécurisé, et géographiquement égalitaire à l’énergie ? Jusqu’où iront ces entrepreneurs, tous ces hommes et ces femmes qui aujourd’hui imaginent déjà demain, une fois qu’ils pourront rebrancher leur smartphone aussi facilement qu’un occidental le fait actuellement ? Et quelle influence, symbolique et politique, aura cette Afrique quand, faute de beaucoup d’infrastructures préalablement existantes, elle se sera jetée directement et à bras le corps dans les énergies renouvelables et l’ère bas carbone ? (voir notre prochain article sur le leapfrogging énergétique)

C’est ce constat et ces anticipations, pragmatiques et réalistes, qui nous animent quotidiennement dans notre travail. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le défi est immense ; mais nous n’y voyons qu’une preuve supplémentaire du potentiel africain et de la place que doit prendre, demain, ce continent sur la scène mondiale.

Quelle influence, symbolique et politique, aura cette Afrique quand, faute d'infrastructures préalablement existantes, elle se sera jetée directement et à bras le corps dans les énergies renouvelables et l'ère bas carbone?

Cette aventure s’annonce grande et belle mais, sans vous, elle n’est rien ! Alors nous espérons vous revoir très vite pour la publication de nouveaux articles, à commencer par cette question décisive : énergie centralisée ou décentralisée, vers quel modèle doit-on aller ?

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK